Le « Baiser de la lune » ou l’homosexualité enseignée aux enfants du primaire

Publié le par monde et vie

Un film faisant la promotion de l’homosexualité va être diffusé dans les classes de CM1 et CM2 avec la bénédiction de l’Education nationale

Un certain lobby homosexuel idéologise en effet un comportement sexuel qui reste marginal et assure la publicité d’un type de relations qui devrait rester de l’ordre de la vie privée. Des manifestations comme la Gay Pride ne sont pas seulement organisées dans un but revendicatif, mais avec un objectif prosélyte. Il ne s’agit pas seulement d’exiger que l’homosexualité soit mis sur un plan d’égalité avec ce que l’on appelle désormais « l’hétérosexualité » – la généralisation de ce terme témoigne elle-même du succès de cette revendication : on aurait parlé naguère, pour désigner l’amour entre un homme et une femme, de relations « normales » – ; mais aussi de présenter le milieu homosexuel sous l’aspect attrayant d’une communauté festive et branchée.

La normalisation de l’homosexualité, souvent présentée comme une façon d’aider les homosexuels à « mieux vivre » leur homosexualité, est en réalité l’une des conditions de son développement. On familiarisera donc les esprits le plus tôt possible avec la nouvelle norme, en la désignant comme telle dès l’école.

C’est à quoi tend le film Le Baiser de la lune, que son réalisateur, Sébastien Watel, présente comme « un court métrage d’animation poétique destiné à servir d’outil pédagogique pour aborder les relations amoureuses entre personnes du même sexe à l’intention des enfants de CM1/CM2. »

L’histoire met en scène deux poissons mâles qui s’aiment « librement et heureux » sous le « regard archaïque » d’une vieille chatte « prisonnière d’un château de conte de fée » qui est « persuadée que l’on ne peu s’aimer que comme les princes et les princesses. », peut-on lire sur le site du film (Http://www.le-baiser-de-la-lune.fr) Heureusement, le spectacle de l’amour des deux poissons la fera « évoluer » : « C’est ainsi qu’elle quitte son château d’illusion et se donne enfin, la possibilité d’une rencontre… » Happy end ?

Une kyrielle de partenaires publics !

« A travers ce film, explique Watel, je souhaite apporter une meilleure représentation des relations amoureuses entre les personnes du même sexe. Il s’agit de montrer que deux hommes ou deux femmes peuvent s’aimer, même si leurs amours paraissent différents ou impossibles. Au-delà de la problématique homosexuelle, ce film est une lutte contre les discriminations, par un apprentissage du respect de l’autre et de sa différence. »

Le film veut donc dépeindre « de façon poétique, différentes façons de s’aimer, dont celle de deux "poissons-garçons". »

Le site de présentation précise qu’il sera accompagné, lors de sa diffusion dans les classes, d’un « dvd –livret » à prétention « pédagogique », destiné aux « enseignants ou intervenants souhaitant débattre avec leurs élèves, des différentes relations amoureuses suite au visionnage du film »

Une partie de ce livret « développera des exercices ludiques amenant les élèves à réfléchir sur les relations amoureuses : norme, stéréotypes, relations amoureuses entre personne du même sexe. » Il n’est pas précisé en quoi consisteront ces « exercices ludiques ».

Ce beau projet bénéficie non seulement du soutien des relais habituels du lobby homo (le magazine Têtu, le Centre Gays, Lesbiennes, Bi et Transsexuels (CGLBT) de Rennes, l’association SOS-Homophobie…) et de la Ligue de l’Enseignement, mais aussi d’une kyrielles de « partenaires » publics : ministère de la Jeunesse et des Sports, Education nationale (Inspection académique d’Ille-et-Vilaine), Centre National de la Cinématographie (CNC), Conseil régional de Bretagne, Conseil général des Côtes d’Armor, Ville de Rennes, TV Rennes… Voilà un bel usage de l’argent de nos impôts !

Demandera-t-on l’avis des parents avant de faire visionner ce film à des enfants – rappelons-le – âgés de 9 ou 10 ans ? Force est de constater qu’une fois encore, le ministère de l’Education nationale les dépossède à son profit de leurs responsabilités d’éducateurs.


Signez la pétition de protestation a été mise en ligne sur le site des 4 Vérités http://www.les4verites.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jeanne Smits 16/12/2009 11:48


C'est scandaleux, chers amis de “Monde et Vie”, mais aussidésespérément ringard : sous l'effet du déversement d'œstrogènes dans les cours d'eau (pilules et autres hormones de fabrication humaine)on
sait que les poissons se “féminisent”. Alors des poissons homos mâles, va falloir chercher pour en trouver...

Amitiés


ostinato 16/12/2009 11:47


Autrefois, le Ministère de "l'Education nationale" s'appelait Ministère de l'Instruction publique. En changeant le nom, on en a dévoyé la fonction, les parents ont été dépossédés de leur rôle
d'éducateur, solution il faut le dire commode pour certains. Hélas ! Pour les autres, qui se sentent encore investis de leur rôle, que leur reste-t-il ?