Les intellos de gauche sont merveilleux !

Publié le par monde et vie

Oui, nos intellos sont merveilleux, toujours fidèles à eux-mêmes, à défaut de l’être à leurs idéaux proclamés. Ils le montrent une fois de plus avec les derniers développements de l’affaire DSK : pauvre homme, comme il a souffert et comme nous l’avons injustement accusé ! Les journalistes qui avaient douté se repentent à qui mieux-mieux de l’avoir crucifié, et ceux qui lui avaient gardé leur foi n’ont pas le triomphe modeste, à l’image de Bernard-Henri Lévy, qui écrit dans Le Point avec l’emphase dont il ne se départit jamais : « Il y a d’ores et déjà, comme je l’avais tout de suite soupçonné, une victime dans cette affaire : cet homme, Dominique Strauss-Kahn, dont on a jeté aux chiens la vie et l’honneur ».
Pourtant, quels éléments nouveaux poussent-ils aujourd’hui Frantz-Olivier Giesbert à battre sa coulpe dans Le Point (à grand renfort, il est vrai, de pronom impersonnel) ou permettent-ils à Jean Daniel d’écrire dans Le Nouvel-Observateur que « Chacun s’est trompé ou a été trompé », en concluant que, même s’il est « aimanté vers un libertinage compulsif peu compatible avec une ambition présidentielle », DSK reste appelé à « un destin de grand commis » ? Pour autant que l’on sache, le futur grand commis, l’innocenté de ces dames, reste pour l’instant inculpé de tentative de viol par la justice américaine.
L’élément nouveau tiendrait, paraît-il, à la perte de crédibilité supposée de la femme de chambre, présumée coupable d’avoir menti. Or, ce mensonge ne concerne pas les faits qui se sont déroulés dans la chambre du Sofitel, mais les déclarations qui lui ont permis d’obtenir asile aux Etats-Unis, et n’a d’importance que dans la mesure où les jurés américains se convaincront que la femme de chambre, ayant menti une fois, est une menteuse par nature. En outre, Nafissatou Diallo serait liée à un trafiquant de drogue actuellement emprisonné ; je doute toutefois que DSK se soit enquis, lorsqu’elle est entrée dans sa chambre, de la manière dont elle était entrée aux Etats-Unis, ni de ses fréquentations dans le Bronx. Même si la Guinéenne n’est pas une sainte, est-il licite de violer les pécheresses ?
D’ailleurs, à menteuse, menteur et demi. DSK, dont les avocats assurent aujourd’hui qu’il a eu avec la Guinéenne une relation sexuelle consentie, avait d’abord affirmé ne l’avoir jamais vue… Et, n’en déplaise à Bernard-Henri Lévy qui s’offusque dans Le Point de l’attitude du défenseur de la femme de chambre, « jouissant, oh oui, jouissant tellement de pouvoir décrire ainsi, devant les caméras du monde entier, et dans les termes les plus crus, les parties les plus intimes du corps de sa cliente » – il y a, justement, les traces de violences que les médecins ont relevées sur cette dernière.
Et il faut encore compter avec la nouvelle plainte que vient de déposer, contre le nouveau Dreyfus – comparaison habilement suggérée par B-H.L. – la journaliste Anne Banon.
Oui, décidément les intellectuels de gauche français sont merveilleux. Qui eût cru qu’ils découvriraient si vite les vertus de la justice américaine ? Et qu’ils épouseraient si volontiers la cause d’un puissant et richissime bourgeois, représentant de la finance internationale, contre une pauvresse d’immigrée africaine, l’une de ces damnées de la terre qu’ils appellent à la révolte en poussant la chansonnette de fin de banquet, lorsque leur vient la nostalgie de leurs vingt ans, les doigts aux bretelles et la panse en avant comme le bourgeois réjoui du Cuirassé Potemkine d’Eisenstein ? Tout de même, lire sous la plume de Bernard-Henri Lévy que Strauss-Kahn est la victime d’un procès de classe… Ah, les braves gens !

Eric Letty

editorial du numéro 846. juillet 2011. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roux olivier 30/01/2016 14:29

Je crois savoir que vous êtes un blog catholique. Alors comment se fait il qu'une bonne partie de l'écran soit en permanence squatté par des dames de petite vertu proposant leurs services?