Spécial loi euthanasie

Publié le par monde et vie

Quand les députés socialistes cessent de s’entredéchirer autour des ruines même plus fumantes du parti, à quoi emploient-ils leurs temps morts ? A déposer une proposition de loi « relative au droit de finir sa vie dans la dignité », autrement dit à l’euthanasie, comme viennent de le faire 120 d’entre eux à l’Assemblée nationale.

Elle y sera discutée après-demain, 19 novembre. Elle prévoit notamment d’autoriser une « aide active à mourir » pour les personnes en fin de vie éprouvant des souffrances psychiques. Il est difficile d’arguer de souffrances physiques, puisque les soins palliatifs permettent, sinon de les éliminer, du moins de les atténuer.

Comment mesurer la souffrance psychique ? Dans quelle mesure ne découle-t-elle pas du sentiment d’abandon qu’éprouvent de trop nombreuses personnes âgées, ou de la conviction de représenter une charge pour leurs proches ? Précipiter leur mort, c’est préférer faire droit aux égoïsmes sous un prétexte humanitaire, plutôt que de chercher une solution dans la charité.

En réaction à cette initiative pernicieuse et dangereuse, une charte des droits des personnes en fin de vie et un appel contre l’euthanasie ont été mis en ligne sur le site www.fautpaspousser.com 

Pour être juste, précisons qu’un certain nombre d’élus socialistes ont refusé de signer cette proposition de loi, tandis que certains députés de la majorité ont au contraire choisi de s’y associer.

Nous ne manquerons pas de suivre après-demain les débats à l’Assemblée nationale et d’en tenir nos lecteurs informés. Ils sauront dans quel sens leur député a voté – ce qui les aidera en retour à faire leur choix à l’heure des élections.

Hervé Bizien

Commenter cet article