Les lycéens prennent le vaccin en grippe / Par Hervé Bizien

Publié le par monde et vie

Faut-il faire vacciner les élèves français contre la grippe A ? Le ministère de l’Education nationale diffuse ces jours-ci dans les établissements scolaires une Fiche d’information sur la vaccination destinée aux parents des enfants scolarisés en collège ou en lycée, y incitant les familles.

En somme, sauf malchance, le vaccin nous rendra malades pendant deux jours (« généralement… ») pour nous éviter la possibilité de contracter la grippe A pendant une semaine . On devrait signaler ce nouveau pari ludique à la Française des jeux, il y a sûrement là une idée à creuser qui pourrait permettre à l’Etat de récupérer au moins une partie de l’argent dépensé dans son stock de vaccins.

 Des effets indésirables « rares », mais dangereux

Ce n’est pas tout. Après la liste des effets indésirables fréquents, la note indique celle des « effets indésirables peu fréquents : réactions cutanées généralisées, incluant un urticaire », et celle beaucoup plus embêtante des « effets indésirables rares : réaction allergique pouvant induire une baisse importante de la pression artérielle qui, si elle n’est pas traitée, peut conduire à un choc. Les médecins connaissent ce risque et disposent de traitements d’urgence pour réagir face à ces situations. ». Ce que ne précise pas la note, mais que le commun des citoyens est supposé savoir, c’est qu’un choc septique peut entraîner la mort*.

Le futur vacciné n’est pas au bout de ses peines potentielles. Les rédacteurs du texte ministériel exposent encore les « effets indésirables très rares », et guère plus rassurants : « Vascularite (inflammation des vaisseaux sanguins pouvant se traduire par des éruptions cutanées, des douleurs articulaires et des problèmes au niveau du rein.) Troubles neurologiques tels qu’encéphalomyélite (inflammation du système nerveux central), névrite (inflammation des nerfs) et un type de paralysie connue sous le nom de syndrome de Guillain-Barré. »

Une question viennent à l’esprit, à laquelle la note omet de répondre : qu’est-ce qui différencie les effets indésirables « fréquents » des effets « peu fréquents », et ceux qui sont « rares » de ceux qui sont « très rares » ? Autrement dit, sur quels calculs de probabilité les critères de fréquence et de rareté reposent-ils ? Mystère.

Côté risque, avec pour l’instant une quarantaine de décès pour plus de 64 millions d’habitants, la grippe A, aussi contagieuse soit-elle, paraît moins dangereuse que la grippe saisonnière.

Est-il utile, dans ce cas, de vacciner les collégiens et les lycéens, qui, en général, ne font pas partie des populations à risque ?** Le ministère de la Santé aura sans doute du mal à les en convaincre ; dans la classe de mon fils (terminale S), aucun élève n’est pour l’instant candidat à la vaccination. En l’état actuel de l’épidémie, je les comprends.


* Le choc septique reste une pathologie grave et reste associé à un fort taux de mortalité http://fr.wikipedia.org/wiki/Choc_septique

 ** A propose de la fiabilité des vaccins, on peut utiliser un article du docteur Cannet, épidémiologiste, sur le site du Monde : http://www.lemonde.fr/planete/article_interactif/2009/11/20/le-vaccin-contre-le-grippe-h1n1-suscite-mefiance-et-toujours-autant-de-questions_1269695_3244.html


Commenter cet article