Dans la rue, pour la Vie !

Publié le par monde et vie

Une « manifestation monstre », plus d’un million de personnes dans les rues, familles avec leurs enfants, jeunes et personnes âgées au coude à coude, prêtres et religieuses, accompagnés par les principales figures de la droite, à commencer par l’ancien chef du gouvernement José Maria Aznar, tous venus crier leur opposition au projet de loi gouvernemental « libéralisant » l’avortement jusqu’à 14 semaines : ce spectacle réjouissant ne s’est malheureusement pas déployé dans les rues parisiennes, mais madrilènes, samedi dernier.

Pour diminuer ce succès éclatant, le gouvernement socialiste de Zapatero n’a eu d’autre ressource que de créer une polémique artificielle autour du nombre des manifestants, une médiocre bataille de chiffres à laquelle les médias français, qui dans leurs très grande majorité défendent bec et ongles l’« IVG », s’accrochent en désespoir de cause pour minimiser l’importance de cette réaction populaire contre la culture de mort.

Pour Benigno Blanco, président du Forum de la famille qui est à l’origine de cette manifestation, celle-ci « ne vise pas qu'à réclamer le retrait de la nouvelle loi, le message de fond est que le débat ne sera pas clos tant qu'il y aura un seul avortement en Espagne ». Claro !

Nos bobos médiatiques s’en trouvent d’autant plus mal que ce même dimanche, à Paris, les 103 associations féministes, partis et syndicats de gauche qui avaient appelé à manifester pour la parité et les « droits » des femmes, à commencer par celui de tuer l’enfant dans le ventre de sa mère, ne sont parvenus à rassembler que 5 000 nostalgiques rancies de mai 68. Les personnalités ne manquaient pourtant pas à la tête de ce maigre troupeau : on y voyait entre autres Martine Aubry, Jean-Luc Mélenchon, le cégétiste Bernard Thibault, Olivier Besancenot, Marie-Georges Buffet, l’adjointe au maire de Paris Anne Hidalgo… Etat-major sans troupes, suffoqué par l’esprit de vieillesse et ahanant comme Martine Aubry, la femme-tronc, les vieux slogans éculés des 343 salopes sur le droit de la femme à disposer de son corps en éliminant celui de son enfant. Et n’est-il pas normal, après tout, que le féminisme tombe en décrépitude, quand tout son effort tend depuis 35 ans à assassiner la jeunesse ?

Eric Letty

Commenter cet article