Ânes ou singes, tout est affaire de chromosomes / par Hervé Bizien

Publié le par monde et vie

  La lecture des journaux destinés à nos chères têtes blondes est des plus instructive. J’ai ainsi parcouru, un peu par hasard, le numéro daté du 4 décembre 2009 de Mon Quotidien, un petit journal de huit pages distribué dans la classe de mon fils, élève de CM1.

Dans ce numéro consacré au gorille, je lis : « 6 grands singes. Les grands singes actuels sont le bonobo, le chimpanzé, le gibbon, le gorille, l’orang-outang et l’homme. »

Textuellement.

L’affirmation m’a fait grimper aux rideaux, à défaut des arbres (un peu handicapé par rapport à mes alter ego le chimpanzé et le gibbon, j’ai malheureusement besoin d’une échelle pour escalader mon poirier). Au demeurant, j’aurais bien tort de penser que cette histoire d’échelle suffise à me hisser au-dessus de mes frères primates, puisque Mon Quotidien affirme dans le même article : « Grâce à leur cerveau plus développé, les grands singes ont de grandes capacités intellectuelles. » (C’est nous faire trop d’honneur…) « Ils peuvent se servir de bâtons, de pierres, etc., comme outils. Certains savent même sélectionner des plantes pour soigner leurs douleurs… »

Il paraîtrait même que l’un des six grands singes – je ne sais plus si c’est le bonobo ou l’orang-outan, il faudra vérifier – a inventé des trucs encore plus forts, comme l’agriculture, la navette spatiale, l’ordinateur, ou même, pour se soigner, la radiologie et la greffe du cœur.

 C’est fou ce que ces grands primates sont doués !

Mon Quotidien, qui ne mélange pas les torchons et les serviettes, comme on dit, prend garde de bien différencier les grands singes des petits : les six espèces précitées « se distinguent des petits (ouistiti, tamarin, mandrill, macaque, capucin…) par leur plus grande taille : entre 70 cm et 2 m (contre 15 cm pour certains petits singes). » Par ailleurs, « les grands singes ont des pattes avant, ou bras, plus longs que les petits singes. Cela leur permet de se suspendre. »

Pour vérifier, j’ai tenté de me suspendre à la tringle à rideaux, qui a malheureusement cassé ; mais ça marche quand même, la preuve : ma femme immédiatement m’a conseillé d’arrêter de faire le singe…

Ce que l’éminent zoologue qui a rédigé l’article de Mon Quotidien n’a pas l’air de savoir, c’est qu’il existe aussi une différence, assez minime sans doute, entre l’homme et les cinq autres grands singes cités dans son article : l’homme a 46 chromosomes, et les grands singes 48. Ça n’a l’air de rien, mais cela le différencie beaucoup plus radicalement que la longueur des bras. Ce genre de détail génétique est même de ceux qui différencient les espèces les unes des autres…

Je l’ai expliqué à mon fils de 9 ans ; Je lui ai aussi expliqué qu’en dépit des apparences, certains grands singes pourtant doté de 46 chromosomes et écrivant dans la presse enfantine sont plutôt des ânes que des singes.

Mais ça, il l’avait déjà compris.

Hervé Bizien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article